20.10.17

ECHOS DU MONDE DES IRIS

Cent trente six ! 

Cent trente six, c'est le nombre de nouvelles variétés, toutes catégories confondues, qui ont été enregistrées par la SFIB en 2017. Jamais les obtenteurs français ne se seront autant lâchés. Est-ce un bien ? Autant je me plaignais de la pusillanimité de mes compatriotes quand ils n'osaient enregistrer qu'une variété par-ci par-là, autant je m'interroge à propos d'une telle quantité de nouveautés. En revanche je remarque des cultivars qui, en photo du moins, sont d'une grande élégance.

A noter que ne figurent pas dans la liste les nouveautés de la Maison Cayeux, ni celles, éventuelles, de Michèle Bersillon.

Iconographie : 



'Charlie Forever' (Raffaelli) 


'Impulsion' (Jacob) 


'Princesse Mylena' (Laporte) 

'Rose de Porcelaine' (Habert) 


'Seed of Love' (Balland)

15 commentaires:

Anonyme a dit…

Il y a au moins 80 (83, je crois) de ces iris, les iris de Monsieur Tasquier, qui ne sont pas français mais néerlandais car crées au Pays-Bas. Donc, sur les 136---même si moi j'ai compté 138---il n'y a que 53 (ou bien 55) des ces enregistrements qui sont bel et bien des iris français. Mickey McNabb

Sylvain a dit…

L'observation paraît pertinente.
Je regrette de ne pas savoir exactement quel est le critère qui détermine la nationalité originelle d'un iris.

Anonyme a dit…

La réponse est dans mon commentaire : ". . . car crées au Pays Bas". Un iris prend la nationalité DU PAYS OÙ IL A ÉTÉ CRÉE et cette nationalité NE CHANGE PAS, donc il n'y a pas lieu de dire "nationalité originelle". Un iris français est un iris qui a été crée en France, comme ceux de Richard Cayeux, par exemple. Mickey McNabb

Astor Khan a dit…

Hello everyone,

This rule comes from the way awaeds are attributed (AM, HM, Medals and awards). for instance, overseas irises, created outside of North America can be awarded a distinction but NOT the American Dykes Medal. The highest distinctions that overseas irises can reach are the class medals, provided that they were introduced in north america. The same applies for New Zealand and Australia. It is only the British Dykes Medal that is available to other countries originated irises. The only requirement is then that one belongs to the BIS. This is probably because the Dykes Medal originated in GB and remains a Brithish award. I beleive that before WWII, there was a French Dykes Medal, which does no longer exists.

A precision to Mme Sebastien Cancade about my gender: I am a male.

Loïc a dit…

Mes iris sont considérés par l'AIS (autorité en la matière)comme Néerlandais puisque créés aux Pays-Bas, preuve en est sur la première page du livre annuel Registrations and Introductions quelle publie tous les ans. Malgré cela, il m'est tout à fait possible d'enregistrer mes iris auprès de la société d'iris affiliée à l'AIS de mon choix. En l'occurrence la Société Française, et ce pour deux raisons.La première, évidente, est que je suis Français. La seconde, c'est que face à la démission de Jean Peyrard et au désistement de Michèle Bersillon, je me suis retrouvé Associate Registrar auprès de l'AIS pour la SFIB.

Loïc a dit…

Les enregistrements de Richard Cayeux ont bien été transmis à l'AIS par la SFIB, s'ils n'ont pas été publiés sur le site de la SFIB c'est uniquement parce qu'il se réserve la priorité de le faire sur son site personnel quand le moment lui semblera opportun. Ensuite seulement nous les publierons.
Madame Bersillon fait transmettre ses enregistrements auprès de l'AIS par une autre société.

Loïc a dit…

Il aurait été tout à fait possible, puisqu'il n'y a pas d'Associate Registrar au Benelux que j'inscrive mes iris auprès du/de la Registrar Allemande, Britannique, Italienne ou Tchèque. En efffet, l'AIS a créé ces fonction pour alléger le travail du Registrar de l'AIS qui doit gérer plus de 1000 fiches par an.

Ainsi le travail de traduction et de vérification des noms disponibles peut être fait en collaboration avec chaque hybrideur en amont. Le Registrar de l'AIS reçoit ainsi des fiches pré-vérifiés,ce qui allège considérablement so travail.

Autre chose à ne pas négliger, pour ce travail gracieux des Associate Registrar, chaque Société respective reçoit le tiers du montant des enregistrements, ce qui n'est pas négligeable pour a vie de nos Sociétés.

Loïc a dit…

Finalement, le point soulevé par Mickey McNabb est juste. Je vais demander à notre webmaster de corriger cette erreur.

Jean-Luc Bersillon a dit…

Monsieur Tasquier,
Michèle, mon épouse, ne s'est pas désistée. En effet, l'arrangement qui nous a été proposé lors de l'AG suivant la démission de Jean Peyrard par Monsieur Boulon était que JE sois registrar en nom, sans faire partie du bureau, comme prête-nom pour mon épouse.

En ce qui concerne la non appartenance de Michèle à la SFIB, elle vient de l'attitude de la SFIB pendant et à la suite de FRANCIRIS à Jouy en Josas. Depuis, elle travaille son iriseraie et attend toujours des excuses pour la manière cavalière dont cette association s'est comportée avec elle.

Je vous demande donc de corriger votre post en retirant toute responsabilité à mon épouse pour votre nomination/election entant que registrar pour la SFIB.

Pr. Jean-Luc Bersillon

Loïc a dit…

Je ne suis pas en mesure de corriger quoi que ce soit sur ce blog.

Je vous dirai aussi que j'ai refusé la première proposition de l'AIS de me charger de la tâche d'Associate Registrar car je savais que Michelle était interessée.

Je ne suis pas au courant des raisons motivant son désistement.

Anonyme a dit…

Monsieur Tasquier,
Si vous ne pouvez pas corriger, au moins pouvez-vous publier un billet correctif. Mais cela est peut-être difficile à écrire...
En ce qui concerne Michèle (1 seul L , merci), elle était à l'époque éventuellement intéressée par la position de registrar pour la France, ce dont M. Boulon était au courant. Mais les conditions qui lui ont été présentées (je le sais car c'est moi qui ai répondu à l'appel téléphonique de M Boulon) étaient inacceptables. Et je crois me souvenir que vous étiez présent à cette AG qui a eu lieu chez M Cayeux.
Je ne crois pas que l'AIS vous ait proposé quai que ce soit puisque la politique de cette association est de laisser les associations locales libres de choisir leur registrar. Mais je ne connais pas les détails de cette affaire, aussi je ne prétends pas détenir la vérité. peuy-être que l'AIS a fait exception pour vous...
Je sors rarement du silece, même si je suis de loin les affaires concernant les iris. Mais cette attaque vis-à-vis de mon épouse n'est pas acceptable. Un billet correctif s'impose.
JLB

Loïc a dit…

Je n'ai en aucune mesure attaqué qui que ce soit, je ne comprends pas que vous vous sentiez outragé, j'en suis désolé.

Sylvain a dit…

Je regrette que cet échange personnel entre M. Bersillon et M. Tasquier se fasse par le truchement de ce blog. Le but de la chronique de base était d'informer les suiveurs du blog. La discussion a dérivé...

Anonyme a dit…

Bonsoir à tous,

Puisque mon nom vient dans la discussion, permettez moi d'apporter les précisions suivantes. Effectivement c'est moi qui a la suite de la démission de M. Jean PEYRARD ai proposé que le couple Michèle et Jean-Luc BERSILLON soit co-registrar pour la France comme avait pu l'être le couple LOWE aux USA. Ma proposition avait été formulée téléphoniquement à Michèle ET Jean-Luc. Clairement et simplement.
Pour la suite ou les suites... La proposition a été décliné ou est restée sans suite, très honnêtement aujourd'hui je ne me souviens plus.
Cette proposition vous avez été fait à l'époque au nom de la SFIB.

Il n'a jamais été question de prête nom.

Maintenant... Tout cela c'est du passé.

Je ne rajouterai rien sur le sujet,

Jérôme Boulon

Loïc a dit…

136 et ce n'était pas fini: Jean-Pierre Albert a enregistré son premier iris et Alain Chapelle en ajoute 7 à sa déjà jolie collection.

Nous sommes le 31 octobre, c'est clos pour 2017!