28.4.17

ECHOS DU MONDE DES IRIS

Pile à l'heure ? 


Les iris du concours FRANCIRIS 2017 poussent allègrement, comme en témoigne cette photo de Gérard Sirius. Seront-ils à l'heure dans trois semaines ? La grande fraîcheur de ces jours-ci devrait être rassurante. Sur la photo, on voit que malgré tous les soins méticuleux des jardiniers de la Ville de Paris, le développement des iris semble un peu maigre. A mon avis un concours au bout de deux ans de culture ne permet pas à toutes les plantes d'être à leur meilleur le moment venu. Je préfère un concours sur trois ans.

Quoi qu'il en soit, j'espère que nous passerons un bon moment à Vincennes.

SANS FAMILLE

Dans tous les livres consacrés aux iris il y a un chapitre qui parle de la taille des différentes catégories.Pour cet exercice, à propos des iris barbus, Graeme Grosvenor dans « Iris, Flower of the Rainbow » a choisi une présentation shématique originale et pratique (voir photo). On y distingue facilement les différentes tailles de la classification officielle. Si il n'y a que les grands iris de jardin – en langage anglo-saxon TB – qui se situent dans la fourchette 70/100 cm, trois catégories se placent dans la fourchette inférieure, 40/70. Ce sont les iris de bordure (BB), les iris intermédiaires (IB) et les iris de table (MTB). L'évolution de l'horticulture des iris va sans doute nécessiter la création dans ce créneau d'une nouvelle catégorie. En effet l'hybrideur Paul Black, dans les années 2000, a mis au point un iris qui prend place entre les TB et les IB mais qui n'est ni un BB ni un MTB. La première variété de ce genre à être enregistrée a nom 'Dolce' (2003) et a été classée, à défaut d'autre chose parmi la catégorie fourre-tout des SPEC-X qui est sensée rassembler les plantes issue directement d'un croisement interspécifique. Mais 'Dolce' n'est pas exactement dans ce cas. Son pedigree en apporte la preuve : (Northern Jewel x 91196A: (8864B: (( Navy Waves x Bride's Halo) x sibling) x C. Palmer aphylla seedling)) X B194C: (Abridged Version x 91135D: ((Center Fold x Wings of Dreams) x Birthday Gift)). Dans cette équipe il n'y a aucune espèce proprement dite mais des variétés et des croisements dont un de I. aphylla réalisé par Cleo Palmer. 'Northern Jewel' (Schreiner, 1991) est un IB jaune de parents inconnus ; 'Navy Waves' (Black, 1983) est un TB bleu issu de 'Navy Strut' ; 'Bride's Halo' (H. Mohr, 1971) un TB connu et honoré ; 'Abridged Version' (Hager, 1983) un MTB très apprécié des créateurs de MTB ; 'Center Fold' (Niswonger, 1976) un TB rose ultra classique, de même que 'Wings of Dreams' (Woodside, 1974) et 'Birthday Gift' (K. Mohr, 1982). Soit une majorité de TB dont plusieurs destinés à constituer la couleur de la nouvelle plante, et deux « petits » iris. L'élément fondamental est en fait le semis d'aphylla ; Paul Black lui-même en dit que « It is the most important part of the pollen parent of Dolce (C'est la part la plus importante du père de Dolce) ».

Cet élément majeur du semis de Cleo Palmer est I. aphylla, une espèce dont on connaît le rôle essentiel qu'il joue dans les hybrides modernes. En effet c'est elle qui a apporté des qualités devenues indispensables :
Elle a le pouvoir d’intensifier les couleurs des variétés qui portent ses gènes ; les noirs sont plus noirs, les roses plus vifs, les jaunes plus brillants, les bruns plus rutilants ;
Elle provoque un branchement puissant et partant bas sur la tige, ce qui permet de multiplier les fleurs sur une même hampe, et, par là, d’allonger la durée de floraison ;
Dans le même domaine, étant très florifère, elle participe à la multiplication des boutons, ce qui va dans le même sens que la caractéristique précédente ;
Elle est naturellement remontante et, à ce titre, améliore cette caractéristique appréciée par beaucoup d’amateurs ;
Elle contribue a donner des plantes assez trapues, donc moins sensibles à la verse dans les jours de gros temps ;
Elle est très résistante au froid et à l’humidité, ce qui est un gage de robustesse des variétés qui en sont issues.

Mais elle a aussi ce qui peut être à la fois un défaut et une qualité, c'est la disparition des feuilles en hiver. C’est la raison pour laquelle beaucoup de variétés modernes ne présentent plus, dès l’entrée en dormance, que des moignons de plante, de quelques centimètres seulement, denses et drus, mais qui ne reprendront leur végétation qu’au retour de jours plus longs.

Ce sont les caractéristiques de I. aphylla qui font tout l'intérêt de 'Dolce' et de son descendant 'Bundle of Love' (Black, 2007). Ce dernier a la taille d’un BB (65 cm), les fleurs d’un IB, et la floribondité d’un TB. Il a été classé parmi les BB, mais c'est une classification par défaut. Ces deux iris, très voisins d'apparence, sont les points de départ de la nouvelle catégorie.

C'est bien à Paul Black que l'on doit cette invention. Elle a beaucoup d'intérêt car c'est avant tout une plante de jardin formidable : pas trop haute, avec un feuillage bas qui dégage bien les hampes florales, des touffes puissantes avec des tiges portant de 10 à 14 boutons et de petites fleurs bien étagées pour une floraison de longue durée. Que peut-on souhaiter de mieux ?

Très vite d'autres obtenteurs se sont rendu compte des avantages de ces nouveaux iris. Loïc Tasquier fait partie de ceux-là. Mais 'Dolce' a déjà une trentaine de descendants, essentiellement des croisements réalisés par Paul Black, mais aussi quelques-uns dus à Sergeï Loktev, en Russie. Pour l'instant cela manque de diversité dans les coloris : on est sur preque exclusivement sur du rose, mais d'autres couleurs vont venir. Toutes ces plantes sont classées, un peu au hasard, parmi les TB, les BB ou les IB. Il faudra bien prendre une décision et créer une nouvelle catégorie adaptée à la diversité des situations.

Iconographie : 


 'Dolce' 


'Northern Jewel'


'Pitoune' 


'Teatr Kukol'

ECHOS DU MONDE DES IRIS

Cité de l'Iris. 

La petite ville de Champigny sur Veude, en Touraine, a l'ambition de devenir la Cité de l'Iris. Elle se crée une jolie collection de variétés, classiques et modernes, qui prend place aux quatre coins de la commune, et a confié à une association le soin de la faire prospérer. Pour l'instant tout va bien !

21.4.17

LES TROPHÉES

Emprunter le titre de ce feuilleton à José-Maria de Hérédia me paraît tout à fait adapté pour mettre en valeur les variétés d'iris considérées comme les meilleures de ces vingt dernières années. Ce sont des iris qui méritent bien les trophées qu'ils ont remportés. Nous en verrons quatre par semaine. 

XV – 2011 



 Médaille de Dykes = 'Drama Queen' (Keppel, 2002) 


Fiorino d'Oro = 'Silk Road' (Keppel, 2007) 


Walther Cup =Star in the Night' (P. Black, 2009) 


FRANCIRIS = 'Aleutian Islands' (M. Sutton, 2007)

UN AIR DE FAMILLE

C'est en feuilletant « Piękno Irysow » le dernier ouvrage de Lech Komarnicki, constitué de photos d'iris, que m'est venue l'idée des comparaisons qui vont constituer le corps de cette chronique. J'ai en effet remarqué que de nombreuses photos représentaient des variétés qui se ressemblaient énormément, etj'ai voulu savoir si, en dehors d'un évident air de famille, elles avaient effectivement un lien de parenté.

Ma première recherche a concerné trois iris : 'Aligoté' (BB. Tasquier, 2015), 'Ma Véronique' (TB. Cayeux, 2014) et 'Italian Ice' (TB. Cadd, 2000). A quelques détails près, ces trois variétés se présentent avec des pétales blanc crémeux, plus ou moins tirant vers le jaune pâle, et des sépales blancs agrémentés du jaune des pétales sur les épaules. Voici le pedigree des uns et des autres :
 'Italian Ice' = 'America's Cup' X 'Branching Out' ;
'Ma Véronique' = 'Tropical Passion' X 'Winterfest' ;
'Aligoté' = 'Northern Jewel' X 'I'm Back'.
Aucun lien récent ne relie ces trois plantes. Et si l'on remarque une ressemblance entre 'Aligoté' et sa « mère » 'Northern Jewel', rien de tel n'apparaît chez les deux autres. Dans cette première comparaison, mon hypothèse semble tout à fait contrebattue par les faits. Mais il faut bien admettre que rien n'est certain puisque malheureusement la Maison Schreiner, obtenteur de l'IB 'Northern Jewel' en1991, n'en a pas donné le nom des parents. Peut-être y a-t-il quelque chose de ce côté là, qui sait ? C'est néanmoins peu probable.

Ce premier échec aurait pu m'inciter à arrêter là les recherches. J'ai cependant tenté ma chance avec deux autres iris très proches l'un de l'autre : 'Jealous Guy' (Blyth, 2009) et 'Buongiorno' (Blyth, 2011). Il s'agit de plantes issues de la même pépinière et la présence d'un lien entre les deux devient moins problématique car chacun sait que les hybrideurs aiment bien tenter d'améliorer ce qu'ils ont obtenu mais dont ils sentent qu'ils peuvent faire progresser leur travail.Barry Blyth procède ainsi de manière quasiment systématique. Pourtant, au départ, dans le cas présent rien n'était évident :
'Jealous Guy' = ('Puff the Magic' x (('Enjoy the Party' x 'Kathleen Kay Nelson') x 'Calling')) X ('Apricot Already' x ('Terracotta Bay' x 'Mango Daiquiri')) ;
'Buongiorno' = 'Thundermaker' X 'Stop Flirting'.
Mais on s'aperçoit vite que 'Buongiorno' et 'Terracotta Bay'(Blyth, 2005) ont l'un et l'autre pour parent femelle 'Thundermaker' (Blyth, 2001), un brillant iris pourpre. Est-ce suffisant pour décréter qu'il y a un air de famille entre eux ? Même s'il y a un réel lien génétique. C'est alors qu'on découvre que le croisement à l'origine de 'Apricot Already'(Blyth, 2009) est ('Terracotta Bay' x 'Mango Daiquiri') déjà présent derrière 'Jealous Guy'. Ce dernier a donc un second lien avec 'Buongiorno'. En cherchant encore plus loin il apparaît que 'Puff the Magic' (Blyth, 2006), le premier membre du croisement qui a donné 'Jealous Guy', dispose dan son pedigree d'un certain 'Poetess' (Blyth, 1999) qui est aussi présent chez 'Thundermaker', « mère » de 'Buongiorno'... N'insistons pas, la démonstration est faite de l'étroite parenté entre les deux protagonistes de la comparaison en cours.

Passons à un nouveau chapitre. Se ressemblent vivement 'Délicieux Caramel' (Cayeux, 2014), excellent amoena jaune, et 'Urban Cowgirl' (Schreiner, 2013). Cette fois on ne fera pas remarquer qu'on ne change pas d'écurie ! Le premier est né sur les bords de la Loire, le second provient des rives de la Willamette, à plusieurs milliers de kilomètres. A ceci près que leurs pedigrees les rapprochent : 'Délicieux Caramel' = ('Conjuration' x 'Futuriste') X 'Changing Seasons' ;
'Urban Cowgirl' = 'New Accent' x 'Changing Seasons'.
Cette fois nous avons bien affaire à deux frères, par le biais de ce 'Changing Seasons' (Schreiner, 2004) qui n'a pas hésité à faire près de la moitié du tour du monde pour apporter ses gènes au cœur de la France. Les deux variétés en question n'ont pas qu'un air de famille, elles sont bien du même sang. Je dirais même que 'Délicieux Caramel' est encore plus proche de 'New Accent' qu'il ne l'est de 'Urban Cowgirl', mais cette fois encore, la Maison Schreiner ne donne pas le pedigree de 'New Accent' : l'honnêteté peut avoir quelque chose de frustrant !

On pourrait multiplier les rapprochements tels que ceux qui nous occupent aujourd'hui car il y en a énormément. A tel point qu'il est pratiquement impossible de donner un nom à une variété qui a perdu son étiquetage tant les ressemblances sont trompeuses, chez les plicatas bleus notamment. Il est plus sage, en matière d'identification, de s'en tenir à ce qui est certain et à laisser dans l'anonymat un iris qui a perdu son nom. Se méfier des airs de famille.

Iconographie : 





'Aligoté' – 'Ma Véronique' – 'Italian Ice' – 'Northern Jewel' 




'Jealous Guy' – 'Buongiorno' – 'Terracotta Bay' 











'Délicieux Caramel – 'Urban Cowgirl' – 'New Accent'

15.4.17

LES TROPHÉES

Emprunter le titre de ce feuilleton à José-Maria de Hérédia me paraît tout à fait adapté pour mettre en valeur les variétés d'iris considérées comme les meilleures de ces vingt dernières années. Ce sont des iris qui méritent bien les trophées qu'ils ont remportés. Nous en verrons quatre par semaine. 

XIV – 2010 


Médaille de Dykes = 'Paul Black' (T. Johnson, 2002) 


Fiorino d'Oro = 'Ale Viola' (Gigli, NR) 


Sass Medal -IB) = 'Ruby Slippers' (Keppel, 2002) 


Williamson-White Medal (MTB) = 'Sailor's Dream' (K. Fischer, 2004)

UN PIONNIER EN SLOVAQUIE

Ce n'est qu'il y a quelques semaines que j'ai appris le décès de Ladislaw Muska. Je le savais mal portant depuis plusieurs années, et il avait été contraint, de ce fait, de cesser son activité d'hybrideur d'iris. Il fut l'un des premiers iridophiles d'Europe de l'Est avc qui j'ai correspondu et nos échanges épistolaires ont duré de nombreuses années, à cheval sur la fin de l'ère communiste dans son pays et le début de la période démocratique. En fait nous n'avons jamais abordé ensemble le côté politique de l'affaire ; nos conversations portaient exclusivement sur des questions botaniques et horticoles.

C'est que pour pratiquer l’hybridation d’iris de l’autre côté du Rideau de Fer, entre 1960 et 1990, il fallait beaucoup d’humilité et beaucoup d’enthousiasme. Ladislaw Muska ne manquait ni de l’une ni de l’autre. Au début des années 1960 il avait terminé des études de chimie organique et disposait donc d’un bon bagage en matière de génétique, de biologie et de botanique. C’est avec cela qu’il s’est lancé dans l’hybridation des iris, une plante connue et appréciée de toujours dans sa Slovaquie natale. Son travail s'est immédiatement révélé méritoire : effectué dans des conditions matérielles élémentaires, avec presque aucun cultivar en provenance de l'Ouest, dans l'espace retreint d'un petit jardin populaire de banlieue, il a réussi à obtenir des iris très présentables, au point que le fameux jardin de Pruhonice, à Prague, s'en est procuré un certain nombre pour les exposer dans ses collections. Milan Blazek écrit lui-même : « Ils présentaient un réel intérêt pour la production de nos propres variétés. Parmi celles que nous avions à Pruhonice, nous en avions remarqué une vingtaine, notamment 'Carrara Lace' (1995), 'Alessandra' (1996) et 'Funny Bird' (1996), qui avaient une qualité de niveau international correspondant à ce qui se faisait de bien dans les années 1990."

Ces bons résultats dénotaient un réel talent car il n’était pas facile de se procurer les variétés américaines de l’époque. Aussi travaillait-on à partir de variétés anciennes, acquises par la débrouille et le commerce parallèle. La démarche était par ailleurs intuitive et sentimentale : pas de programme précis, pas d’autre but que celui d’obtenir de nouveaux iris, les plus beaux possibles, tout simplement.

 Ladislav Muska a appelé la première période de sa vie d’hybrideur, l’ « étape Babbling Brook ». parce que cette variété était la plus belle et parmi les plus récentes de celles dont il disposait. Cependant assez vite il se rendit compte que son travail n'était pas au niveau de celui de ses confrères de l'Ouest, aussi renouvela-t-il son matériel génétique et entama-t-il sa deuxième période, celle qu'il a baptisée la période « Laced Cotton », avec des parents potentiels plus modernes, tels que 'Beverly Sills' (Hager 1979 – DM 1985), 'Bride’s Halo' (Mohr 1973 – DM 1978), 'Kilt Lilt' (Gibson 1970 – DM 1976), 'Mystique' (Ghio 1975 – DM 1980), 'Victoria Falls' (Schreiner 1977 – DM 1984) et quelques autres d'aussi bonne facture. Les obtentions de cette époque ressemblaient déjà à ce qui s’était fait aux Etats-Unis et ailleurs, dans les années 1980. Celle dont L. Muska était le plus fier se nomme 'Don Epifano' (1989), de Laced Cotton X Pink Angel, qui est un bicolore noisette et pervenche avec un large liseré vanille autour des sépales, et qui est parfaitement ondulé et frisé. C'est de cette période dont font partie les variétés citées ci-dessus par Milan Blazek. Elles ont dix ans de retard par rapport à leurs équivalents américains, mais démontrent qu’avec les mêmes matériaux on arrive aux mêmes résultats.

La troisième époque a débuté vers la fin des années 1980. Muska l’a appelée sa période « Queen in Calico – Sky Hooks - Ringo » car elle s’appuie essentiellement sur ces trois variétés dans lesquelles il a trouvé de quoi alimenter son projet d’une ligne « plicata space age ». Ses autres géniteurs s’appelaient 'Aphrodisiac' (Schreiner 1986), 'Dusky Challenger' (Schreiner 1986 – DM 1992), 'Edith Wolford' (Hager 1986 – DM 1993), et de nombreux autres car il était devenu facile de se procurer des variétés modernes. Cette troisième époque, celle que Muska nommait celle du « triangle magique des iris » a vu naître des variétés très modernes qui ont nom, entre autres 'Calicoball' (1995), 'Ri-Sampei' (1996), 'Xochipili' (1995), et, surtout, 'Hellada' (1996), qui a fait connaître son obtenteur aux Etats-Unis.

A ce moment Ladislaw Muska (que ses amis appellent « Lako ») a atteint une maturité qui lui permet d’éviter les emballements des années 1980/90 pendant lesquelles il a sûrement enregistré trop de nouvelles variétés. Avec son compatriote Anton Mego, et les obtenteurs tchèques comme Zdenek Seidl, Pavel Nejedlo ou Jiri Dudek, il maîtrise mieux les problèmes de sélection et d’évaluation de son travail. Les variétés enregistrées alors sont à cet égard remarquables. On peut parler de 'Dreaming Clown' (1999) – utilisé par Keith Keppel et Barry Blyth, rien que ça -, 'Golden Fasan' (1999)', 'Zuzana' (2000) ou 'Snorri' (2002), remarquable rose à éperons mauves, qui a reçu le prix de la variété la plus originale à Florence en 99. C'est aussi le commencement de la fin, car il n'y a pas eu de cinquième période.

En effet peu après la santé de Ladislaw s'est déteriorée. Un jour il m'a annoncé qu'une première crise cardiaque l'obligeait à renoncer à son activité au jardin... Je n'ai plus entendu parler de lui, mais sa fille Miriam, dans un hommage posthume paru dans le bulletin de la MEIS sous la signature de Zdenek Seidl, raconte qu'il a peu à peu perdu goût à tout et qu'en quelque sorte il s'est laissé mourir... Il faut dire qu'à 55 ans il avait été atteint d'un cancer de l'estomac dont il avait guéri mais à cause duquel il avait été réformé ce qui l'avait fortement éprouvé.

Je me suis renseigné sur le sort des iris de la collection Muska, notamment auprès d'Anton Mego. Personne n'a pu me dire précisément si elle avait été conservée. Mais il est probable que, logée dans plusieurs jardins ouvriers, lorsque ces lopins ont été redistribués, elle a disparu corps et bien. Sans doute ne reste-t-il plus que les variétés expédiées un peu partout dans le monde pendant le temps où Ladislaw commercialisait ses obtentions. C'est a mon avis une fin bien triste pour le travail d'un homme qui, sans être un génie, a été un pionnier dans son pays et sa région et a sérieusement contribué à l'expansion du monde des iris.

Iconographie : 


'Alessandra' 


'Don Epifano' 


'Hellada' 


'Snorri'

7.4.17

LA FLEUR DU MOIS

‘ONE EIGHTH’ (Ransom, 2015)
 ('Refosco' X 'High Master') 

C'est la dernière variété enregistrée par Lawrence Ransom et rien qu'à ce titre elle mériterait une mise en lumière, mais cela n'est pas son seul titre de gloire. Elle fait partie du dernier lot de plantes que j'ai reçu de Lawrence (ou, plus exactement, de son frère lorsque celui-ci a liquidé les iris cultivés par Lawrence), et je vais la voir fleurie en ce printemps 2017 pour la première fois dans ce qui fut ma collection et qui fait désormais partie de celle de la commune de Champigny, cité de l'iris.

'One Eighth' porte un nom étrange qu'on peut évidemment traduire par « Un Huitième », mais ce qui ne change rien è son étrangeté. Pour comprendre, il faut se référer à ce qu'en dit Lawrence Ransom dans la description qu'il en a fournie pour son enregistrement auprès de l'AIS, et à son pedigree. Voici : « Standards light rose-lilac veined darker, slightly shaded brown at edges; (...) falls mid rose-red paling along edges, centre almost blackish, upper falls veined lilac to red-brown on white to yellow ground; beards orange on bluish-white base. (…) One eighth aril. » En français : Pétales rose lilacé clair, veines plus sombres, légèrement ombré de brun sur les bords ; sépales rose-rouge moyen pâlissant vers les bords, centre plutôt noirâtre, partie supérieure constituée de veines allant du lilas au brun-rouge sur fond de blanc à jaune ; barbes orange avec base blanc bleuté. Un huitième aril.

C'est cette part d'  « arilité » qui est intrigante. Le pedigree nous en donne l'origine en la personne de 'Refosco' (Ransom, 2010). Ce dernier est un « AB (1/4) » (¼ arilbred) par sa « mère » 'Eastern Dusk' (Ransom, 2010) lui-même ½ AB par sa propre « mère » 'Vera' (Van Tubergen, sans date). Cet iris est un hybride interspécifique vraisemblablement issu d'un croisement (I. stolonifera X I. Korolkowii) donc un vrai iris aril.

A force de croiser un aril avec des grands iris de jardin (TB ou BB), le produit perd peu à peu ses gènes arils, d'abord ½ AB avec 'Eastern Dusk', puis ¼ AB avec 'Refosco' et enfin 1/8 AB avec 'One Eighth'.

Cette dilution n'a pas fait disparaître les traits les plus marquants des iris arils, cette allure exotique avec ces veines sombres très apparentes et ces sépales centrés de noir. Cela donne une fleur qui a la perfection formelle des TB et l'apparence mystérieuse des AB. Un mariage mixte eurasien parfaitement réussi.

Lawrence Ransom s'est toujours intéressé à ces fleurs délicates et rares que sont les iris d'Asie Centrale. En vingt ans de carrière, de 1995 à 2015, il a enregistré 43 variétés d'arilbreds et 3 variétés de purs arils. Ce qui fait de lui un véritable spécialiste de ces fleurs. Avec son compère Jean Peyrard qui pour sa part à enregistré trois arilbreds, ils constituent une exception européenne qui n'est pas assez reconnue.

On ne saura jamais si Lawrence Ransom avait l'intention de poursuivre dans la voie de 'One Eighth' et de mettre au point un nouveau modèle d'iris barbu dans lequel les traits caractéristiques des arils viendraient compléter la palette des hybrideurs. Des tentatives ont déjà eu lieu, mais elles ont échoué. Souvenons-nous de 'Lady Mohr' (Salbach, 1943) avec son côté Oncocyclus en provenance 'Capitola' (Reinelt, 1940), et des malheurs de ceux qui ont essayé en croisant 'Capitola' avec un TB, notamment avec 'Snow Flurry' : cela n'a jamais donné naissance à une variété inoubliable et, surtout, susceptible d'une descendance. Henry Danielson, en compagnie de son épouse Luella, a obtenu un grand nombre d'arilbreds. Il a aussi essayé de transférer les traits des arils chez les TB. 'Lawrence Welk' (1976) et 'Scented Opals' (1979) sont les résultats de cette tentative. Ni l'un ni l'autre, en dehors de la couleur de la barbe, n'ont été de francs succès... Le problème provient de ce que les traits des arils, notamment le signal sombre sous les barbes, tend à disparaître au fur et à mesure que les gènes d'arils diminuent en intensité au fil des croisements avec les iris barbus. Peut-être que Ransom avait trouvé une solution. Sa disparition prématurée a mis un terme à tous ces espoirs.

Iconographie : 


'One Eighth' 

'Refosco' 


'Eastern Dusk' 

'Lawrence Welk'

LES TROPHÉES

Emprunter le titre de ce feuilleton à José-Maria de Hérédia me paraît tout à fait adapté pour mettre en valeur les variétés d'iris considérées comme les meilleures de ces vingt dernières années. Ce sont des iris qui méritent bien les trophées qu'ils ont remportés. Nous en verrons quatre par semaine. 

XIII – 2009 


Médaille de Dykes = 'Golden Panther' (Tasco , 2000) 


Fiorino d'Oro = 'Ravissant' (R. Cayeux, 2005) 

Wister Medal (TB) = 'Slovak Prince' (Mego, 2002) 


Cook-Douglas Medal (SDB) = 'Puddy Tat' (P. Black, 2002)

ECHOS DU MONDE DES IRIS

Le temps des catalogues.

Ce matin j'ai reçu les catalogues Cayeux et Bourdillon.

Le catalogue Cayeux est toujours aussi somptueux. En dehors de cette perfection formelle, le contenu démontre une nette évolution vers une majorité de variétés maison. 215 iris « Cayeux » au total !(1) Tout le reste est constitué de variétés américaines ou australiennes à l'exception d'un SDB allemand ('Kleine Ballerina', F. Kathe, 2008).
 (1) Dans la liste générale les variétés Cayeux sont répertoriées en capitales bleues, à l'exception d'une, qui a été loupée : 'Hortensia Rose'.

Chez Bourdillon on note un net rajeunissement de la présentation, toute en couleur, et une ouverture vers les variétés françaises (9 iris), mais pas de liste récapitulative. 63 pages bien agréables à feuilleter.

NUITS PROVENÇALES

Qualifiés de « catégorie difficile » par Pierre Anfosso lui-même, les iris noirs n'en ont pas moins constitué un thême de recherche pour la famille Anfosso et notamment pour Pierre et sa fille Laure. En se lançant dans cette entreprise, ils ont eu une idée originale et intéressante. Ils se sont attaqué à un coloris qui jusqu'à leur initiative n'avait pas intéressé les hybrideurs français. Ils ont ainsi fait œuvre de pionniers. On ne sait pas pourquoi la famille Cayeux qui dominait le marché français depuis cinquante ans n'avait pas touché aux coloris sombres, mais les Anfosso ont vu qu'il y avait une place à prendre sur ce créneau et ils l'ont prise avec opportunité et réussite.

On peut fixer le début de l'affaire en 1979 avec l'enregistrement de 'Maldoror' par Pierre Anfosso. C'est peut-être un peu exagéré de dire que 'Maldoror' fait partie des iris noirs puisque Pierre Anfosso lui-même le décrit comme : « Un grand bleu outremer uni, à barbe assortie, remarquable par le velouté profond de sa texture ». Cependant l'idée est là. Elle devait être confirmée l'année suivante avec l'apparition de 'Calamité'. Si 'Maldoror' était issu d'un croisement plutôt destiné à obtenir des semis blancs (Wedding Vow X Valley West) - 'Wedding Vow' est un blanc pur et 'Valley West' un violet traditionnel – 'Calamité' (Basic Black X Dusky Dancer) provient d'une tentative d'inbreeding classique. « C'est un noir uni, personnalisé par une barbe aux reflets verts." (catalogue d'Iris en Provence) malheureusement, à mon avis, doté d'une odeur peu agréable. Ce 'Calamité', rescapé d'une inondation dévastatrice, faisait partie de ma collection personnelle et s'est toujours montré fidèle et prolifique. C'est une excellente plante de jardin.

 Une petite pause s'est produite ensuite puisque 'Bar de Nuit' n'a fait son apparition qu'en 1986. C'est aussi le produit d'un croisement entre noirs : Calamité X Superstition. L'effet d'approfondissement provenant de l'inbreeding a été pleinement efficace et 'Bar de Nuit' est un iris vraiment noir. On remarque « la profondeur du ton violet très sombre, à reflets noirs, la résonance de la barbe bleu cobalt foncé » (catalogue Iris en Provence), même si la photo constituant la Une du catalogue 1987 est outrageusement avantageuse !

La même année 1986 Laure Anfosso a présenté son 'Duranus' (Storm Center X Victoria Falls) qui n'est pas tout à fait noir mais qui montre le chemin pour une autre obtention, plus foncée et très plaisante : 'Draco' (1988) (Calamité X Storm Center). Il est « sombre et ensorcellant comme l'onyx » comme il est écrit dans le catalogue, toujours très lyrique, de Iris en Provence. Ce 'Draco' fait partie de mes favoris, non seulement pour sa riche couleur, mais aussi pour ses qualités horticoles.

Pierre Anfosso connait parfaitement les règles de l'hybridation. Il sait que pour intensifier la couleur le meilleur moyen est de croiser deux variétés de ladite couleur. Son 'Bar de Nuit', dont il vient d'être question, est un noir déjà issu de deux noirs. En le recroisant avec un autre grand iris noir, il était assuré d'obtenir quelque chose d'encore plus noir. Son choix d'allier 'Bar de Nuit' et 'Black Flag' (Stahly, 1983), lui-même descendant d'un paquet d'iris noirs ('Swahili', 'Edenite', 'Licorice Stck', Black Swan'), allait être récompensé par plusieurs semis remarquables dont il a retenu deux individus auxquels il a donné les noms de 'Nuit de Chine' et de 'Nuit Fauve'. Le premier est mis au catalogue en 1993 et sa description en dit qu'il est « impressionnant de couleur violet noir, à pétales soyeux à reflets prune ». Le second n'est mis en vente que l'année suivante et voici ce qu'en dit le catalogue de 1994 : « les pétales dressés sont presque noir, à reflets violet fauve et les sépales noir veloutés sont bordés du ton des pétales ». Ce sont ce que j'appelle les nuits provençales.

On aurait aimé que la série se poursuive, mais il n'en fut rien et l'activité créatrice de la famille Anfosso allait connaître une longue éclipse regrettée par tous les spécialistes des iris. Les deux derniers iris noirs font aussi partie du dernier contingent des obtentions des années 90. Vingt ans plus tard l'illustre famille a repris les brucelles et de nouvelles variétés sont nées dans la pépinière hyèroise. Mais pas encore de noirs...

Les autres hybrideurs français ont fini par s'intéresser à la couleur noire. Richard Cayeux a enregistré en 2009 un 'Eclipse de Mai' qui est ainsi décrit : « Pétales pourpre violacé foncé ; Sépales presque noirs ; barbes voilet-noir », dont les parents 'Dusky Challenger' et 'Romantic Evening' ne sont pas noirs mais ont l'un et l'autre engendré des variétés très foncées. La même année Bernard Laporte a produit 'Dakar' (Designer Gown X Ostrogoth) qui est un des premiers iris noirs à éperons et se révèle être une excellente plante de jardin, très sombre, robuste et florifère. Jouant à son tour sur l'intensification des couleurs, Richard Cayeux a obtenu 'Nuit Satinée', mis au catalogue en 2012 : « Pétales violet profond ; sépales entre noir et violet ; barbes violet-noir. » Le croisement d'origine est (Badlands X Black Suited). Dans les mêmes moments la famille Bourdillon s'est décidée à enregistrer 'Myrtille', une obtention de Luc Bourdillon de 2004, qui est un violet foncé, mais n'a pas fait de même avec 'Velours Noir', autre obtention de Luc, beaucoup plus proche du noir. 'Miz Du' est une variété de Jean Claude Jacob qui provient de (Night Game X Romantic Evening') et qui tire vers le noir, sans l'atteindre vraiment, mais 'Macassar' (2016) (Black is Black X Black Suited) en est encore plus proche. Enfin du cœur de Bretagne nous vient 'Jais Moqueur' (Chapelle, 2016) (Badlands X Sea Power), bleu violacé très foncé, orné de barbes bronze.

La couleur noire est donc à présent bien présente parmi les obtentions françaises, mais il ne faut surtout pas oublier les nuits provençales de la famille Anfosso qui ont été des figures de proue dans ce domaine.

Iconographie : 


 'Calamité' 


'Bar de Nuit' 


'Draco' 


'Nuit de Chine' 

'Nuit Fauve' 


'Nuit Satinée' 


'Macassar' 


'Jais Moqueur'

31.3.17

LES TROPHÉES

Emprunter le titre de ce feuilleton à José-Maria de Hérédia me paraît tout à fait adapté pour mettre en valeur les variétés d'iris considérées comme les meilleures de ces vingt dernières années. Ce sont des iris qui méritent bien les trophées qu'ils ont remportés. Nous en verrons quatre par semaine.

 XII – 2008 


Médaille de Dykes = 'Starwoman' (IB, M. Smith, 1997) 


Fiorino d'Oro = 'Morning Sunrise' (T. Johnson, 2005) 


Hager Cup = 'Crow's Feet' (BB, Black P. 2006) 


Cook-Douglas Medal (SDB) = 'Cat's Eye' (P. Black, 2002)

TOUTES SORTES DE GENS

C'est au début de « La Marche Nuptiale » de Georges Brassens : 
 « Mariage d'amour, mariage d'argent, 
J'ai vu se marier toutes sortes de gens... » 
C'est vrai qu'en toutes circonstances on rencontre des gens de toutes les sortes, et notre petit monde des iris n'échappe pas à cette règle. C'est particulièrement évident quand on lit la biographie des créateurs d'iris célèbres. J'en ai rédigé pas loin d'une centaine pour ce blog et j'ai ajouté à ma statistique les biographies données par Clarence Mahan dans son livre ; j'ai complété avec ce que je sais des obtenteurs contemporains. Cela fait un beau panel !

Il faut bien dire que le plus grand nombre est constitué d'horticulteurs et de pépiniéristes qui, par goût, par hasard ou par passion, se sont spécialisés dans le domaine des iris, comme d'autres ont pu choisir de se lancer dans la culture des roses, des hémérocalles, des tulipes... Ceux-là sont des iridophiles « normaux », en quelque sorte. Ils représentent tout de même 40 % du total ! Il y a parmi eux des héritiers d'entreprises déjà bien implantées, comme Richard Ernst pour les Cooley's Gardens, les Schreiner pour leur archi-célèbre maison, ou Richard Cayeux et son père Jean, héritiers de la firme créée par Ferdinand Cayeux, et les hybrideurs des années vingt que furent les Millet, Nonin ou Vilmorin. Il y a aussi ceux qui ont opté dès le départ pour le métier de pépiniériste spécialisé : Ben Hager et Sidney DuBose, son alter ego, Jim McWirther, Sterling Innerst et bien d'autres font partie de ceux-là. Les autres sont généralement venus aux iris après une période d'incertitude et de tatonnements comme en ont connu bien des personnes au début de leur vie professionnelle. Cette occupation qui est souvent le fruit d'un hasard ou d'un concours de circonstances est devenue le plus souvent un métier.

Voisins des précédents sont ceux qui sont issus du monde agricole : ils sont ancrés dans la nature, qu'elle soit animale ou végétale. Le virage qui les a amenés à devenir des spécialistes de l'iris – et de l'iris à barbe en particulier- n'est pas spécialement remarquable. Ce sont des arboriculteurs – Sanford Babson cultivait les orangers – des véritables agriculteurs qui ont bifurqué vers quelque chose de plus à leur mesure : ainsi en est-il de Bernard Hamner, ou, avant lui, de Carl Salbach. Melba Hamblen était l'épouse d'un agriculteur, Neva Sexton, une pure fille de la campagne ; Steve Varner vendait des aliments pour bestiaux et Fred DeForest élevait des poulets !

Mais on découvre aussi des gens que rien ne prédisposait à devenir un jour de grands hybrideurs. Par ordre d'importance statistique apparaissent d'abord les industriels et ingénieurs, comme Jesse Wills qui fut à la fois assureur, chef d'entreprise, enseignant et animateur de radio (et aurait pu être l'un des plus grands poètes de son époque). Nate Rudolph, de son côté, était ingénieur dans l'appareillage électrique, tandis que Clifford Benson travaillait dans l'aéronautique. Viennent ensuite les médecins, fréquemment des spécialistes renommés, comme le professeur Loomis, cardiologue, ou W. Ayres, ophtalmo, Jack Durrance, pneumologue (et alpiniste olympique), et notre compatriote Jean Ségui, gynécologue. Le choix s'étend à des artistes, gens de théâtre, peintres ou musiciens : Lech Komarnicki fut un acteur et metteur en scène fort connu en Pologne ; Pierre Anfosso était d'abord un artiste peintre, comme l'anglais Cedric Morris ; quant à Tell Muhlestein, c'était d'abord un musicien, instrumentiste classique, et Lloyd Zurbrigg un professeur de musique. On arrive aux enseignants qui constituent le contingent suivant. Quelquefois des professeurs dans l'enseignement agricole, mais aussi plusieurs professeurs de Faculté comme John Kirkland qui enseignait le latin et le grec, Edward Essig, Lowell Randolf, Harold Stahly... Des artisans ou commerçants : Larry Gaulter vendait de la peinture et du papier peint, Elvan Roderick était fleuriste ; des militaires (Manley Osborne, Clarence Mahan ou, en Russie, Vitali Gordodelov), des employés (Manfred Beer, Igor Fedoroff), des fonctionnaires (principalement des employés des Postes comme Jim Gibson ou Henry Rowlan, Robert Piatek en Pologne, et chez nous, actuellement, Jean Claude Jacob)... Quelque chose qui ne se produirait plus guère aujourd'hui : de nombreuses femmes étaient de grandes bourgeoises ou de simples femmes au foyer. C'est le cas de Grace Sturtevant, Elizabeth Nesmith, ou des obtentrices italiennes comme Gina Sgaravitti ou, plus récemment, Valeria Romoli.

 Cet inventaire montre bien que l'amour des iris peut atteindre les gens les plus divers. Cela fut toujours le cas, et si à une certaine époque le côté intellectuel l'emportait sur le côté manuel, l'inverse semble se dessiner de nos jours. Cela correspond bien à l'évolution de notre société dont le petit monde des iris n'est qu'une toute petite composante.

24.3.17

LES TROPHÉES

Emprunter le titre de ce feuilleton à José-Maria de Hérédia me paraît tout à fait adapté pour mettre en valeur les variétés d'iris considérées comme les meilleures de ces vingt dernières années. Ce sont des iris qui méritent bien les trophées qu'ils ont remportés. Nous en verrons quatre par semaine. 

 XI – 2007 


Médaille de Dykes = 'Queen's Circle' (Kerr, 1999) 


Fiorino d'Oro = 'Aurélie' (R. Cayeux, 2002) 


Wister Medal (TB) = 'Starring' (Ghio, 1999) 


FRANCIRIS = 'Solovinayia Noc' (Miroschnichenko, NR)